Arménie – Azerbaïdjan

Article paru dans La Croix du 30 septembre 2016

Haut-Karabakh, la poudrière du Caucase

Olivier Tallès

Un conflit latent oppose l’Azerbaïdjan et l’Arménie autour de la province séparatiste du Haut-Karabakh. Les espoirs de paix butent sur l’intransigeance des belligérants depuis deux décennies.

Que se passe-t-il dans le Haut-Karabakh ?

En sommeil depuis le cessez-le-feu de 1994, le conflit autour de la région disputée du Haut-Karabakh a été relancé en avril dernier par des affrontements meurtriers entre les troupes d’Azerbaïdjan et d’Arménie, le long de la ligne de démarcation(voir la carte page 15). Après quatre jours de combats, une fragile trêve s’est instaurée le 5 avril sous la pression de la Russie, acteur incontournable dans le Caucase du Sud. Il s’agissait de la première offensive d’ampleur de l’Azerbaïdjan contre l’ancienne province séparatiste depuis la guerre perdue face à l’Arménie (1991-1994). Autoproclamé république indépendante fin 1991, le Haut-Karabakh est légalement une province d’Azerbaïdjan peuplée d’environ 150 000 Arméniens. De facto, ce territoire montagneux est sous la « protection » politique, économique et militaire de l’Arménie. Les autorités de Bakou parlent, elles,« de troupes d’occupation ».

Soldats arméniens et azerbaïdjanais se font face, séparés par des champs de mine, des miradors et des tranchées, dessinant autour du Haut-Karabakh une frontière qui ne dit pas son nom. Malgré la fin des hostilités le 5 avril,« les échauffourées sont quasi quotidiennes et menacent à tout moment de dégénérer », prévient Lionel Zetter, directeur du Cercle européen d’Azerbaïdjan, une organisation qui défend les intérêts de Bakou.

Peut-on espérer un règlement durable du conflit ?

Après la guerre des « quatre jours » de début avril, les présidents arménien et azerbaïdjanais se sont rencontrés le 16 mai, à Vienne, sous l’égide de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), puis à nouveau le 20 juin en présence du président russe Vladimir Poutine. De ces rencontres, aucune avancée décisive n’est sortie, sinon« un désir de compromis » des protagonistes, selon les autorités russes.

« Les obstacles à une résolution du conflit demeurent nombreux et le statu quo confortable », prévient Sophie Deyon, spécialiste du Caucase. Réunis dans le cadre du groupe de Minsk, la Russie, la France et les États-Unis travaillent depuis deux décennies au rapprochement entre les belligérants, sur la base des« principes de Madrid », une série de points fixés par la communauté internationale visant à élaborer un plan de paix. Mais le problème est que chaque pays interprète ces principes à sa guise.

Les Azéris exigent par exemple le retour des territoires occupés et promettent une large autonomie aux habitants du Haut-Karabakh. Mais l’Arménie refuse d’envisager tout retrait sans garantie sécuritaire et demande l’organisation d’un référendum d’autodétermination pour la province, ce que refuse l’Azerbaïdjan.« Il y a un manque total de confiance entre les dirigeants des deux pays », constate Jacques Faure, ancien représentant de la France au groupe de Minsk.

Le conflit arment-azerbaïdjanais

Le conflit concernant le Haut-Karabakh trouve son origine dans la décision prise en 1921 par le Bureau du Parti communiste du Caucase de transférer la région du Karabakh à la République d’Azerbaïdjan. Le tracé des limites d’une Région autonome du Haut-Karabakh en 1924 crée une enclave à l’intérieur des frontières de l’Azerbaïdjan en séparant artificiellement de l’Arménie la population arménienne fortement majoritaire dans la région.

Lorsque, au milieu des années quatre-vingt, l’URSS s’engagea sur la voie d’une plus grande liberté d’expression politique, des tensions apparurent entre les Arméniens du Haut-Karabagh et l’Azerbaïdjan. Entre 1988 et 1990, des manifestations en faveur de l’indépendance du Haut-Karabagh dégénèrent en affrontements violents. Au lieu de jouer le rôle de conciliateur, Moscou provoqua tant le nationalisme arménien que le nationalisme azerbaïdjanais.

Au lendemain de la dissolution de l’URSS et de l’indépendance de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie en 1991, le conflit s’envenima, car l’Azerbaïdjan envoya l’armée dans le Haut-Karabagh et abolit le statut d’autonomie. Les Arméniens du Haut-Karabagh répliquèrent par la proclamation de l’indépendance du Haut-Karabagh, à l’issue d’un référendum (le 10 décembre 1991). Les combats se sont intensifiés par la suite et la crise s’est internationalisée, avec des tentatives de médiation de la part de la Russie, de la CEI (Communauté des États indépendants), de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et l’ONU.
Forts du soutien de l’Arménie, les Arméniens du Haut-Karabagh prirent le contrôle de l’ensemble de la région en 1994, étendant leur influence jusqu’à la frontière arménienne, à l’ouest, et en établissant une continuité territoriale de leur région avec l’Arménie (couloir de Latchine). Quant aux forces azerbaïdjanaises, elles ont réussi à occuper le nord du Haut-Karabagh. Les deux parties ont pratiqué le même «nettoyage ethnique»: l’Arménie expulsait ce qui restait des Azéris pendant que l’Azerbaïdjan faisait de même avec les Arméniens: on a mentionné que, au total, plus de 120 000 Arméniens et 80 000 Azéris furent déportés .

Malgré la conclusion d’un cessez-le-feu en 1994 entre l’Azerbaïdjan, l’Arménie et les rebelles du Haut-Karabagh, la paix demeure précaire, alors que les parties continuent de rechercher une solution négociée. Depuis 1998, l’expulsion massive des Azéris de la région autonome du Haut-Karabakh et de l’Arménie s’est traduite par une véritable épuration ethnique de toute la population non arménienne.

Depuis le début des combats en 1988, quelque 18 000 personnes auraient ont été tuées et un million d’autres auraient été déplacées, sans compter les 877 bâtiments détruits, 100 000 immeubles et maisons rendus inhabitables et plus de 1000 installations économiques, 600 écoles et institutions éducatives, 250 centres de soins et hôpitaux et la plupart des monuments de la zone occupée mis à sac ou détruits.

Aucune issue politique n’a pu encore être trouvée, le principe de l’autodétermination s’opposant ici à celui du respect de l’intégrité territoriale. Le litige s’éternise parce que les enjeux géopolitiques semblent majeurs.

La Russie veut garder son influence sur ce territoire. L’Arménie pourrait accepter de restituer les positions qu’elle a conquises moyennant une assurance que l’enclave du Haut-Karabakh demeure autonome. Mais la Russie devrait se porter garante de l’enclave pour qu’un accord puisse voir le jour; et cette enclave pourrait être rattachée à la Russie sous forme de dominion. Pour le moment, la Russie ne bouge pas: elle gagne probablement plus à faire respecter le statut quo qu’à résoudre la crise. On parle aussi d’un échange territorial afin de résoudre le problème: le Haut-Karabagh à l’Azerbaïdjan et le Nakhitchévan à l’Arménie. C’est la solution préconisée par les Américains parce qu’elle préserverait les intérêts géopolitiques des États-Unis et de leur allié turc dans la région, tout en réduisant le rôle de la Russie.

origine : Vitré-Infos-Forum (collectif Vitré sans papiers)
15/02/2010 -dans Le Monde : PARIS. Le président arménien, Serge Sarkissian, a transmis au Parlement pour ratification, vendredi 12 février, les protocoles historiques de normalisation des relations avec la Turquie, signés en octobre. En visite mercredi à Londres, M. Sarkissian avait précisé que cette ratification n’interviendrait qu’après celle par le Parlement turc.  » L’Arménie a respecté tous ses engagements, a expliqué au Monde, jeudi 11 février, le ministre de la défense, Seyran Ohanian (photo), de passage à Paris. Mais la Turquie essaie oralement de fixer des conditions préalables, en établissant un lien avec le problème du Haut-Karabakh et en spéculant sur un point sacré pour le peuple arménien, la question du génocide – de 1915 – .  » Interrogé sur les négociations en cours pour résoudre le conflit gelé du Haut-Karabakh, qui oppose son pays à l’Azerbaïdjan, M. Ohanian a exprimé son  » inquiétude  » devant les  » paroles belliqueuses  » tenues récemment par les dirigeants azéris.  » La vraie question est de savoir si l’Azerbaïdjan sera d’accord pour reconnaître le droit à l’autodétermination du peuple du Haut-Karabakh « , explique Seyran Ohanian.
Piotr Smolar
———————

En février 2009

A Davos Le président de l’Azerbaïdjan s’en est pris au Président Sarkissian au sujet du Haut Karabakh. Il a affirmé qu’aucune paix ne sera posiible tant que la province du Karabakh sera occupée par l’Arménie.

Le problème des personnes d’origine Azérie vivant en Arménie reste donc toujours d’actualité!