Yaya, l'apprenti boulanger -
Close

22 février 2021

Yaya, l’apprenti boulanger

La grève de la faim de Patricia, la boulangère du marché de MIRIBEL, a été relayée par le Progrès, la Côtière et la Voix de l’Ain et, depuis, par des médias nationaux (L’express, Le Point, Le Parisien).
Elle demande à la préfecture de l’Ain de régulariser son apprenti boulanger menacé d’expulsion du territoire français car il est majeur (arrivé mineur en France, il était protégé inconditionnellement… jusqu’à sa majorité).
Une pétition a été mise en ligne sur le site change.org.

Plus généralement, ce qui surprend, c’est le refus quasi systématique de la préfecture de l’Ain de régulariser des étrangers en situation irrégulière (*) que des entreprises souhaitent embaucher, souvent sur des « métiers en tension ».
En effet, cet apprenti boulanger n’est pas un cas isolé : ouvriers du bâtiment, soudeur gaz inerte, aides à la personne, employés de la propreté… sont refusés sous divers prétextes…
Pourtant, les entreprises du département en ont besoin ! Il suffit de regarder l’enquête des Besoins de Main d’Oeuvre (B.M.O.) de Pôle Emploi, ou bien les annonces des employeurs.

Cela s’appelle « jouer contre son camp » !

Espérons que la nouvelle préfète sera plus pragmatique – et moins idéologique – que son prédécesseur !

(*) L’autorité préfectorale a le pouvoir de régulariser un étranger en situation irrégulière. La circulaire Valls de 2012 sur l’admission exceptionnelle au séjour définit un cadre utile, qui a malheureusement un peu vieilli…